Odyssée

 

ODYSSEE

 

Caractéristiques :

  • 67 pièces uniques
  • 1 assemblage
  • temps estimé : 20 h
  • idée provenant du forum
  • ordre chronologique : 8

 

Le challenge était énorme, mais voilà enfin un véhicule à pédale volant. C'est phil de fer qui m'y à fait penser (voir dans le forum, catégorie idées conceptions) et je l'en remercie. La tâche n'a pas été facile, non pas dans la forme, mais dans le fond. Il faut en effet concevoir une solution technologique qui fait battre des ailes. Le mouvement et simple, mais ce qui m'a donné du fil à retordre, c'est de créer un mouvement de va et viens. Je ne me suis donc pas autant attardé sur les détails d'assemblage comme je l'avais fais avec le Pédavélo. J'ai ici beaucoup assemblé en m'appuyant sur les soudures qui m'ont grandement facilité.

 

 

 Voici le système qui j'ai imaginé. Je me suis inspiré du moteur thermique que je créé, et plus particulièrement du mouvement de va et viens du piston. Il m'a fallut un certain temps pour arriver à ça : le pédalier entraine un courroie qui elle même entraine un axe dont l'extremité possède une pièce perpendiculaire à notre axe. Une liaison rotule sera créée au bout de cette pièce, entrainant une biellette. Celle-ci sera maintenue à l'aile par une seconde liaison rotule. Pour permettre le battement, l'aile est bien entendu fixée à son extremité au chassis. Il se peut q'un système plus simple existe, mais je ne l'ai pas trouvé !

Le problème est que mon pc portable supporte mal le mouvement qui est très sacadé. J'ai malgré tout réussis à analyser, certaines fois, le battement : un tour de pédalier fait battre entre 3 et 4 fois les ailes. Je pense donc qu'en utilisant un matériau léger, tel des barres d'aluminium, et en enlevant la coque il serait peut être possible de décoller sur quelques mètres. Un grand sportif serait ici très utile !

 

 

Ci-après, j'ai imaginé la queue de l'appareil pilotable. En ajoutant une biellette dont les extremités possèdent des liaisons pivots, il devient très simple en commandant les deux manettes, de pouvoir utiliser la queue de stabilisateur. De plus, la queue peut avant tout être utilisée comme aérofreins pour pouvoir ralentir la machine avant d'atterrir.

 

 

La coque est fixée à l'avant par un pivot pour permettre de pouvoir d'acceder à l'interieur. Si cet engin devait exister, cette coque n'aurait pas lieu d'être à cause de son poids.

 

 

On retrouve ci-dessous le poste de pilotage avec pedalier et les deux manettes... bien loin d'un airbus !

 

 

Pour conclure, une vue de dessous, pour imaginer la forme qu'il aurait dans le ciel.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site